KieferFanForum

Everything about Kiefer Sutherland
 
AccueilConnexionS'enregistrerMembresGalerieRechercherCalendrierGroupesFAQ

Partagez | 
 

 JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 41  Suivant

EST CE QUE VOUS LISEZ CETTE HISTOIRE ?
Pas du tout..
17%
 17% [ 2 ]
Oui et j'aime beaucoup..
75%
 75% [ 9 ]
Oui et ce n'est franchement pas terrible
0%
 0% [ 0 ]
Ah non ! Mais qu est ce que c'est que ça ??
8%
 8% [ 1 ]
Total des votes : 12
 

AuteurMessage
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mer 6 Sep - 22:39

Une chance qui s'attend bien avec Rocco car il l'étranglerait, il ne comprend pas pourquoi elle préfère aller voir lui après de dure épreuve que son mari, il décida enfin d'appeller Rocco.
Kiefer un peu sec: Salut pot, ma femme est avec toi?

ROCCO:Enfin, on attend ton appel depuis longtemps, oui, elle est avec moi, tu n'étais pas là à la sortie du poste de police, alors elle est venu me voir, elle t'a appeller sur ton cell mais tu n'as jamais répondu.
KIEFER un peu mal à l'aise: Ben, j'ai fait une viré hier, j'ai bu jusqu'à temps que je
m'endorme, inquiet toi pas, j'étais chez moi, je ne l'ai pas attendu ce putin de téléphone.
ROCCO: Bon, je ne lui dira pas car elle va être en furie contre toi, mais là, il faut que tu viennes la chercher, elle a besoin de toi et moi j'ai d'autre chose à faire.
KIEFFER: J'arrive tout de suite, rassure là, dis lui que j'ai manqué de batteries, invente n'importe quoi.
ROCO: C'est ça Kiefer, toujours des mentris, je lui dira rien mes pas de mentris mec.
KIEFFER:OK j'arrive.

Quel con !

En arrivant chez Rocco, il vit celui ci assis sur les marches de son perron en train de fumer une clope.
KIEFER : Salut, elle est à l'intérieur ?
ROCCO : Non elle est partie il y a 10 mns.
KIEFER : Comment ça elle est partie ! Pourquoi tu ne l'as pas retenue ?
ROCCO : J'ai bien essayé figure toi mais quand elle a prit une décision ta femme ..
KIEFER : Elle est rentrée à la maison ?
ROCCO : Tu ne comprend pas vite on dirait ; Elle en a eu assez de t'attendre ! Quand elle est arrivée ce matin, elle avait erré sur la plage toute la nuit en essayant de te joindre sans succès. Alors elle venue me chercher parce qu'on s'entend bien tous les 02 et elle savait qu'elle avait mon soutien. Elle avait juste envie que je la prenne dans mes bras, c'est ce que j'ai fait. Puis elle a entendu quand tu m'as appelé, ça la rendu triste que tu me joignes moi et pas elle, alors elle a passé un coup de fil et un type est passé la prendre.
KIEFER : Quel type ?
ROCCO : Elle ne me l'a pas présenté ! Un grand type, plutôt pas mal, belle caisse ..Si tu veux mon avis, il va te piquer ta gonzesse !!
KIEFER : Elle est enceinte !
ROCCO : Bah ça n'avait pas l'air de le gêner ..
KIEFER : Putain de merde !!!

Et il partit sans même dire au revoir à Rocco.
Il passa une partie de la nuit à tenter de l'appeler, mais sans succès, il tombait inexorablement sur sa messagerie.
Vers 3 ou 4 heures du matin, sans conviction et presque complètement sâoul, vautré de tout son long sur la plage où ils avaient passé de si bons moments tous les deux, il l'appela une dernière fois et lui laissa un message :
KIEFER : mon amour, je sais que tu dois me détester à l'heure qu'il est ... j'ai été bien minable ... je ne vais pas m'appitoyer sur mon sort, çà n'en vaut pas trop la peine, mais je voulais que tu saches que je t'aime plus que tout au monde, que malgré tous mes efforts je n'arrive pas toujours à te comprendre et que ...
LOIS, derrière lui : ... tu es le dernier des cons et des salauds mais blablabla...
Il s'assit d'un bond, elle se tenait devant lui, sa silhouette se découpait dans la nuit.

KIEFER : Eh bébé, assis toi, je suis bien incapable de me lever de toute façon !
LOIS s'assit à bonne distance de lui, mauvais signe se dit il !
LOIS ironique: Alors ? Tu as retrouvé ton téléphone ?
KIEFER : Je suis tellement désolé mais j'ai paniqué, tu avais l'air totalement absente, tu m'as fait peur, la situation m'a fait peur. J'ai été nul, je le sais bien mais met toi à ma place ne serait ce que 3 secondes !?
LOIS : Je n'ai pas envie d'être à ta place Kiefer, la mienne est suffisament pourrie crois moi ! D'ailleurs tu as remarqué, la conversation vient de commencer et on parle déjà de toi !
KIEFER peiné : Tu es injuste !
LOIS : Sans doute ..Ecoutes, je ne crois pas qu'on se fasse bcp de bien tous les 2 en ce moment. Demain, je me rend à Paris, je dois préparer les obsèques de Farheen. Je pense que je vais y rester jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER : Non, s'il te plaît Lois, ne pars pas ! On peut acheter la maison, tu vas la décoirer avant l'arrivée du bébé et
LOIS : Les choses ont changées.
KIEFER en colère : C'est qui ce type !?
LOIS amusée : Qqun que j'aime beaucoup, qqun qui était là pour moi quand j'en avais vraiment besoin, qqun qui m'a proposé de m'aider pour les obsèques ..
KIEFER les yeux embués : Qqun que tu aimes ?
LOIS : Pour l'instant c'est toi que j'aime ! Et crois, j'aimerai pouvoir changer ça, ça nous rendrait la vie plus facile à tous les 2 !
Kiefer se tût qqs instants, qu'aurait il pu dire de toutes façons !

KIEFER : Je ne veux pas que tu partes sans moi, je vais t'accompagner et je..
LOIS : Non, je ne veux pas que tu viennes. Je vais à Paris demain avec Peter, je règle les obsèques et je reste là bas jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER totalement déssoulé: Tu es ma femme Lois, je ne te laisserai pas partir avec un autre ! Demain au pire après demain, toute la presse va s'emparer de l'affaire, je serai à tes côtés parce que je t'aime. J'irai à Paris avec toi si tu penses que ma présence aux obsèques n'est pas déplacée, enfin surtout pour Selma et tu reviendras avec moi à L.A. où nous attendrons notre bébé tous les 2. J'adopterai Li Ann et nous allons être heureux, je t'en fais la promesse.
LOIS resistant tant bien que mal : C'est un fils, je l'ai appris ce matin.

Kiefer, reste figé, il était content, il avait enfin son fil sauf qu'elle est aller sans lui, ça il avait de la misère à accepter, elle tournait le couteau dans la plaie, il trouvait qu'elle fesait tout pour le rentre coupable et jaloux, mais ce n'était pas le temps de faire une colère. Alors il lui dit ce qui avait à dire dans un était neutre.

KIEFER: Tu vois, parmis les épreuves qu'ont traversent, il a des bonnes nouvelles, alors STP Lois ne me fait pas ce coup là, c'est toujours moi qui me sens coupable et qui n'est pas correct, on a notre part à tous les deux, on est deux dans cette histoire, ce n'est pas juste pour moi, je ne sais plus quoi faire quand tu n'es pas là, toi tu pars avec quelqu'un d'autre et moi je suis seul, alors comprend moi, su tu m'aimes vraiment on reste ensemble, ici ou on va à Paris ensemble, on est un couple, ça m'amuse pas de te voir partir avec un autre, si tu n'accepte pas c'est que tu ne m'aime pas assez, tu aimes mieux la compagnie des autres que ton mari, je ne sais pas si je vais pouvoir accepter cette fois, je suis en train de me tuer en dedans de moi, je me sens comme un jouet qu'on fait n'iomporte quoi avec et figure toi que ça ne marche plus, comme je le disais tout à l'heure tu as autant de tord que moi alors réfléchie bien Lois....
Il s'éloigna de Lois en pleurant, c'est la première fois qu'elle le voit dans cette état d'âme, elle est un peu perdu et elle trouve qu'il n'a pas tout à fait tord, qu'elle avait toujours l'habitude de s'enfuir pour ne pas voir le problème.

LOIS se colla à son dos et l'enlaça.
Je ne pars pas avec quelqu'un d'autre, je pars avec un ami, c'est différent. Sincèrement, tu as envie de venir à l'enterrement de Farheen ? Tu sais bien que non. Je ne veux pas te quitter, je veux juste ..
KIEFER : Juste quoi ? Faire une pause ? Je ne veux pas faire de pause, je ne veux plus vivre sans vous ne serait ce qu'un jour de plus. Je ne vais pas te supplier Lois alors répond moi maintenant !
LOIS detestait plus que tout être mise au pied du mur, pourtant elle savait qu'elle n'aurait pas de seconde chance. Il n'était pas parfait mais elle non plus. Elle avait 36 ans, elle était enceinte, elle avait la chance d'être aimée par celui qu'elle aimait, il était peut être temps pour elle de cesser de se faire du mal.
LOIS : D'accord ! Je vais demander à Peter de ne pas m'accompagner à Paris que tu viennes avec moi ou pas. Après les obsèques, je reviens à L.A. et je vais te faire la plus belle maison que tu n'ais jamais eue .. Quant à ton fils, il sera le plus beau et le plus talentueux de toute la lignée des Sutherland !
Kiefer mit quelques secondes à assimiler la nouvelle puis il fit face à Lois et l'embrassat d'abord tendrement puis avec passion et force.
Ils arrivèrent tant bien que mal dans la voiture où il firent l'amour comme 02 adolescents.

Ils attendirent dans les bras l'un de l'autre de voir le soleil se lever sur la plage.
LOIS : J'ai vraiment besoin d'un café et d'une clope !
KIEFER en se marrant : Tu es enceinte !
LOIS : Crois moi, je commence à le savoir !
KIEFER : Ok viens, il y a un starbucks à 2 pas d'ici.
LOIS en faisant la grimace : Je voulais un vrai café !
Mais elle était déjà dehors.
Ils étaient décoiffés et débraillés mais qu'importe !
Il allat chercher 2 maxi cafés et ils s'installèrent en terrasse.
Lunettes de soleil sur le nez, ils le burent en silence. Ils étaient juste ... bien, le soleil sur leur peau, le bruit des vagues, la joie d'être à nouveau réunis.
C'était parfait jusqu'à ce que le téléphone de Kiefer se mette à sonner ..

[ putain de téléphone ! : ]

1 homme : Mr Sutherland ?
KIEFER : oui ... ?
homme : Lieutenant Conelly, LAPD.
KIEFER : que puis-je pour vous ?
Lt Conelly : J'aurais aimé quelques éclaircissements ... j'ai sous les yeux un rapport de l'hôpital de West Side nous indiquant que vous votre femme avait été violée et souffrait de nombreuses ecchymoses dans les 24 heures qui ont précédées la mort de son père et de son ex-mari, que pouvez-vous me dire concernant ces faits ?
KIEFER : Rien, absolument rien. Ma femme n'a pas porté plainte, le reste la regarde. Posez lui la question.
CONELLY : On l'a fait mais elle n'a pas voulu répondre. Je pensais, enfin que vous ..Je ne pensais pas que vous étiez le genre d'homme qui laissait sa femme, enceinte, se faire violer sans rien faire.
KIEFER prit ces mots en pleine figure et dût faire un énorme effort pour rester calme, il ne voulait surtout pas tomber dans le piège tendu par le lieutenant.
Ecoutez lieutenant, ma femme sait qu'elle peut compter sur moi, je crois que je suis en train de lui prouver en ce moment même !
CONELY: Vous êtes un homme public, cette histoire peut vous faire du tort. Avez vous lu la presse ce matin ?
KIEFER : Il est 07h00 du matin !
CONELY : Achetez la, vous verrez c'est édifiant ! Profitez en pour informer votre femme que nous refusons qu'elle quitte le territoire pour l'instant, tant que cette affaire n'est pas plus claire. Il ne tient qu'à elle de la rendre limpide bien entendu. Bonne journée !

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!


Bon, il décida que plus tard dans la smaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER:O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à l'appart et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS:Ont est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sa sonne à la porte..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mer 6 Sep - 22:51

Une chance qui s'attend bien avec Rocco car il l'étranglerait, il ne comprend pas pourquoi elle préfère aller voir lui après de dure épreuve que son mari, il décida enfin d'appeller Rocco.
Kiefer un peu sec: Salut pot, ma femme est avec toi?

ROCCO:Enfin, on attend ton appel depuis longtemps, oui, elle est avec moi, tu n'étais pas là à la sortie du poste de police, alors elle est venu me voir, elle t'a appeller sur ton cell mais tu n'as jamais répondu.
KIEFER un peu mal à l'aise: Ben, j'ai fait une viré hier, j'ai bu jusqu'à temps que je
m'endorme, inquiet toi pas, j'étais chez moi, je ne l'ai pas attendu ce putin de téléphone.
ROCCO: Bon, je ne lui dira pas car elle va être en furie contre toi, mais là, il faut que tu viennes la chercher, elle a besoin de toi et moi j'ai d'autre chose à faire.
KIEFFER: J'arrive tout de suite, rassure là, dis lui que j'ai manqué de batteries, invente n'importe quoi.
ROCO: C'est ça Kiefer, toujours des mentris, je lui dira rien mes pas de mentris mec.
KIEFFER:OK j'arrive.

Quel con !

En arrivant chez Rocco, il vit celui ci assis sur les marches de son perron en train de fumer une clope.
KIEFER : Salut, elle est à l'intérieur ?
ROCCO : Non elle est partie il y a 10 mns.
KIEFER : Comment ça elle est partie ! Pourquoi tu ne l'as pas retenue ?
ROCCO : J'ai bien essayé figure toi mais quand elle a prit une décision ta femme ..
KIEFER : Elle est rentrée à la maison ?
ROCCO : Tu ne comprend pas vite on dirait ; Elle en a eu assez de t'attendre ! Quand elle est arrivée ce matin, elle avait erré sur la plage toute la nuit en essayant de te joindre sans succès. Alors elle venue me chercher parce qu'on s'entend bien tous les 02 et elle savait qu'elle avait mon soutien. Elle avait juste envie que je la prenne dans mes bras, c'est ce que j'ai fait. Puis elle a entendu quand tu m'as appelé, ça la rendu triste que tu me joignes moi et pas elle, alors elle a passé un coup de fil et un type est passé la prendre.
KIEFER : Quel type ?
ROCCO : Elle ne me l'a pas présenté ! Un grand type, plutôt pas mal, belle caisse ..Si tu veux mon avis, il va te piquer ta gonzesse !!
KIEFER : Elle est enceinte !
ROCCO : Bah ça n'avait pas l'air de le gêner ..
KIEFER : Putain de merde !!!

Et il partit sans même dire au revoir à Rocco.
Il passa une partie de la nuit à tenter de l'appeler, mais sans succès, il tombait inexorablement sur sa messagerie.
Vers 3 ou 4 heures du matin, sans conviction et presque complètement sâoul, vautré de tout son long sur la plage où ils avaient passé de si bons moments tous les deux, il l'appela une dernière fois et lui laissa un message :
KIEFER : mon amour, je sais que tu dois me détester à l'heure qu'il est ... j'ai été bien minable ... je ne vais pas m'appitoyer sur mon sort, çà n'en vaut pas trop la peine, mais je voulais que tu saches que je t'aime plus que tout au monde, que malgré tous mes efforts je n'arrive pas toujours à te comprendre et que ...
LOIS, derrière lui : ... tu es le dernier des cons et des salauds mais blablabla...
Il s'assit d'un bond, elle se tenait devant lui, sa silhouette se découpait dans la nuit.

KIEFER : Eh bébé, assis toi, je suis bien incapable de me lever de toute façon !
LOIS s'assit à bonne distance de lui, mauvais signe se dit il !
LOIS ironique: Alors ? Tu as retrouvé ton téléphone ?
KIEFER : Je suis tellement désolé mais j'ai paniqué, tu avais l'air totalement absente, tu m'as fait peur, la situation m'a fait peur. J'ai été nul, je le sais bien mais met toi à ma place ne serait ce que 3 secondes !?
LOIS : Je n'ai pas envie d'être à ta place Kiefer, la mienne est suffisament pourrie crois moi ! D'ailleurs tu as remarqué, la conversation vient de commencer et on parle déjà de toi !
KIEFER peiné : Tu es injuste !
LOIS : Sans doute ..Ecoutes, je ne crois pas qu'on se fasse bcp de bien tous les 2 en ce moment. Demain, je me rend à Paris, je dois préparer les obsèques de Farheen. Je pense que je vais y rester jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER : Non, s'il te plaît Lois, ne pars pas ! On peut acheter la maison, tu vas la décoirer avant l'arrivée du bébé et
LOIS : Les choses ont changées.
KIEFER en colère : C'est qui ce type !?
LOIS amusée : Qqun que j'aime beaucoup, qqun qui était là pour moi quand j'en avais vraiment besoin, qqun qui m'a proposé de m'aider pour les obsèques ..
KIEFER les yeux embués : Qqun que tu aimes ?
LOIS : Pour l'instant c'est toi que j'aime ! Et crois, j'aimerai pouvoir changer ça, ça nous rendrait la vie plus facile à tous les 2 !
Kiefer se tût qqs instants, qu'aurait il pu dire de toutes façons !

KIEFER : Je ne veux pas que tu partes sans moi, je vais t'accompagner et je..
LOIS : Non, je ne veux pas que tu viennes. Je vais à Paris demain avec Peter, je règle les obsèques et je reste là bas jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER totalement déssoulé: Tu es ma femme Lois, je ne te laisserai pas partir avec un autre ! Demain au pire après demain, toute la presse va s'emparer de l'affaire, je serai à tes côtés parce que je t'aime. J'irai à Paris avec toi si tu penses que ma présence aux obsèques n'est pas déplacée, enfin surtout pour Selma et tu reviendras avec moi à L.A. où nous attendrons notre bébé tous les 2. J'adopterai Li Ann et nous allons être heureux, je t'en fais la promesse.
LOIS resistant tant bien que mal : C'est un fils, je l'ai appris ce matin.

Kiefer, reste figé, il était content, il avait enfin son fil sauf qu'elle est aller sans lui, ça il avait de la misère à accepter, elle tournait le couteau dans la plaie, il trouvait qu'elle fesait tout pour le rentre coupable et jaloux, mais ce n'était pas le temps de faire une colère. Alors il lui dit ce qui avait à dire dans un était neutre.

KIEFER: Tu vois, parmis les épreuves qu'ont traversent, il a des bonnes nouvelles, alors STP Lois ne me fait pas ce coup là, c'est toujours moi qui me sens coupable et qui n'est pas correct, on a notre part à tous les deux, on est deux dans cette histoire, ce n'est pas juste pour moi, je ne sais plus quoi faire quand tu n'es pas là, toi tu pars avec quelqu'un d'autre et moi je suis seul, alors comprend moi, su tu m'aimes vraiment on reste ensemble, ici ou on va à Paris ensemble, on est un couple, ça m'amuse pas de te voir partir avec un autre, si tu n'accepte pas c'est que tu ne m'aime pas assez, tu aimes mieux la compagnie des autres que ton mari, je ne sais pas si je vais pouvoir accepter cette fois, je suis en train de me tuer en dedans de moi, je me sens comme un jouet qu'on fait n'iomporte quoi avec et figure toi que ça ne marche plus, comme je le disais tout à l'heure tu as autant de tord que moi alors réfléchie bien Lois....
Il s'éloigna de Lois en pleurant, c'est la première fois qu'elle le voit dans cette état d'âme, elle est un peu perdu et elle trouve qu'il n'a pas tout à fait tord, qu'elle avait toujours l'habitude de s'enfuir pour ne pas voir le problème.

LOIS se colla à son dos et l'enlaça.
Je ne pars pas avec quelqu'un d'autre, je pars avec un ami, c'est différent. Sincèrement, tu as envie de venir à l'enterrement de Farheen ? Tu sais bien que non. Je ne veux pas te quitter, je veux juste ..
KIEFER : Juste quoi ? Faire une pause ? Je ne veux pas faire de pause, je ne veux plus vivre sans vous ne serait ce qu'un jour de plus. Je ne vais pas te supplier Lois alors répond moi maintenant !
LOIS detestait plus que tout être mise au pied du mur, pourtant elle savait qu'elle n'aurait pas de seconde chance. Il n'était pas parfait mais elle non plus. Elle avait 36 ans, elle était enceinte, elle avait la chance d'être aimée par celui qu'elle aimait, il était peut être temps pour elle de cesser de se faire du mal.
LOIS : D'accord ! Je vais demander à Peter de ne pas m'accompagner à Paris que tu viennes avec moi ou pas. Après les obsèques, je reviens à L.A. et je vais te faire la plus belle maison que tu n'ais jamais eue .. Quant à ton fils, il sera le plus beau et le plus talentueux de toute la lignée des Sutherland !
Kiefer mit quelques secondes à assimiler la nouvelle puis il fit face à Lois et l'embrassat d'abord tendrement puis avec passion et force.
Ils arrivèrent tant bien que mal dans la voiture où il firent l'amour comme 02 adolescents.

Ils attendirent dans les bras l'un de l'autre de voir le soleil se lever sur la plage.
LOIS : J'ai vraiment besoin d'un café et d'une clope !
KIEFER en se marrant : Tu es enceinte !
LOIS : Crois moi, je commence à le savoir !
KIEFER : Ok viens, il y a un starbucks à 2 pas d'ici.
LOIS en faisant la grimace : Je voulais un vrai café !
Mais elle était déjà dehors.
Ils étaient décoiffés et débraillés mais qu'importe !
Il allat chercher 2 maxi cafés et ils s'installèrent en terrasse.
Lunettes de soleil sur le nez, ils le burent en silence. Ils étaient juste ... bien, le soleil sur leur peau, le bruit des vagues, la joie d'être à nouveau réunis.
C'était parfait jusqu'à ce que le téléphone de Kiefer se mette à sonner ..

[ putain de téléphone ! : ]

1 homme : Mr Sutherland ?
KIEFER : oui ... ?
homme : Lieutenant Conelly, LAPD.
KIEFER : que puis-je pour vous ?
Lt Conelly : J'aurais aimé quelques éclaircissements ... j'ai sous les yeux un rapport de l'hôpital de West Side nous indiquant que vous votre femme avait été violée et souffrait de nombreuses ecchymoses dans les 24 heures qui ont précédées la mort de son père et de son ex-mari, que pouvez-vous me dire concernant ces faits ?
KIEFER : Rien, absolument rien. Ma femme n'a pas porté plainte, le reste la regarde. Posez lui la question.
CONELLY : On l'a fait mais elle n'a pas voulu répondre. Je pensais, enfin que vous ..Je ne pensais pas que vous étiez le genre d'homme qui laissait sa femme, enceinte, se faire violer sans rien faire.
KIEFER prit ces mots en pleine figure et dût faire un énorme effort pour rester calme, il ne voulait surtout pas tomber dans le piège tendu par le lieutenant.
Ecoutez lieutenant, ma femme sait qu'elle peut compter sur moi, je crois que je suis en train de lui prouver en ce moment même !
CONELY: Vous êtes un homme public, cette histoire peut vous faire du tort. Avez vous lu la presse ce matin ?
KIEFER : Il est 07h00 du matin !
CONELY : Achetez la, vous verrez c'est édifiant ! Profitez en pour informer votre femme que nous refusons qu'elle quitte le territoire pour l'instant, tant que cette affaire n'est pas plus claire. Il ne tient qu'à elle de la rendre limpide bien entendu. Bonne journée !

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Jeu 7 Sep - 0:48

Une chance qui s'attend bien avec Rocco car il l'étranglerait, il ne comprend pas pourquoi elle préfère aller voir lui après de dure épreuve que son mari, il décida enfin d'appeller Rocco.
Kiefer un peu sec: Salut pot, ma femme est avec toi?

ROCCO:Enfin, on attend ton appel depuis longtemps, oui, elle est avec moi, tu n'étais pas là à la sortie du poste de police, alors elle est venu me voir, elle t'a appeller sur ton cell mais tu n'as jamais répondu.
KIEFER un peu mal à l'aise: Ben, j'ai fait une viré hier, j'ai bu jusqu'à temps que je
m'endorme, inquiet toi pas, j'étais chez moi, je ne l'ai pas attendu ce putin de téléphone.
ROCCO: Bon, je ne lui dira pas car elle va être en furie contre toi, mais là, il faut que tu viennes la chercher, elle a besoin de toi et moi j'ai d'autre chose à faire.
KIEFFER: J'arrive tout de suite, rassure là, dis lui que j'ai manqué de batteries, invente n'importe quoi.
ROCO: C'est ça Kiefer, toujours des mentris, je lui dira rien mes pas de mentris mec.
KIEFFER:OK j'arrive.

Quel con !

En arrivant chez Rocco, il vit celui ci assis sur les marches de son perron en train de fumer une clope.
KIEFER : Salut, elle est à l'intérieur ?
ROCCO : Non elle est partie il y a 10 mns.
KIEFER : Comment ça elle est partie ! Pourquoi tu ne l'as pas retenue ?
ROCCO : J'ai bien essayé figure toi mais quand elle a prit une décision ta femme ..
KIEFER : Elle est rentrée à la maison ?
ROCCO : Tu ne comprend pas vite on dirait ; Elle en a eu assez de t'attendre ! Quand elle est arrivée ce matin, elle avait erré sur la plage toute la nuit en essayant de te joindre sans succès. Alors elle venue me chercher parce qu'on s'entend bien tous les 02 et elle savait qu'elle avait mon soutien. Elle avait juste envie que je la prenne dans mes bras, c'est ce que j'ai fait. Puis elle a entendu quand tu m'as appelé, ça la rendu triste que tu me joignes moi et pas elle, alors elle a passé un coup de fil et un type est passé la prendre.
KIEFER : Quel type ?
ROCCO : Elle ne me l'a pas présenté ! Un grand type, plutôt pas mal, belle caisse ..Si tu veux mon avis, il va te piquer ta gonzesse !!
KIEFER : Elle est enceinte !
ROCCO : Bah ça n'avait pas l'air de le gêner ..
KIEFER : Putain de merde !!!

Et il partit sans même dire au revoir à Rocco.
Il passa une partie de la nuit à tenter de l'appeler, mais sans succès, il tombait inexorablement sur sa messagerie.
Vers 3 ou 4 heures du matin, sans conviction et presque complètement sâoul, vautré de tout son long sur la plage où ils avaient passé de si bons moments tous les deux, il l'appela une dernière fois et lui laissa un message :
KIEFER : mon amour, je sais que tu dois me détester à l'heure qu'il est ... j'ai été bien minable ... je ne vais pas m'appitoyer sur mon sort, çà n'en vaut pas trop la peine, mais je voulais que tu saches que je t'aime plus que tout au monde, que malgré tous mes efforts je n'arrive pas toujours à te comprendre et que ...
LOIS, derrière lui : ... tu es le dernier des cons et des salauds mais blablabla...
Il s'assit d'un bond, elle se tenait devant lui, sa silhouette se découpait dans la nuit.

KIEFER : Eh bébé, assis toi, je suis bien incapable de me lever de toute façon !
LOIS s'assit à bonne distance de lui, mauvais signe se dit il !
LOIS ironique: Alors ? Tu as retrouvé ton téléphone ?
KIEFER : Je suis tellement désolé mais j'ai paniqué, tu avais l'air totalement absente, tu m'as fait peur, la situation m'a fait peur. J'ai été nul, je le sais bien mais met toi à ma place ne serait ce que 3 secondes !?
LOIS : Je n'ai pas envie d'être à ta place Kiefer, la mienne est suffisament pourrie crois moi ! D'ailleurs tu as remarqué, la conversation vient de commencer et on parle déjà de toi !
KIEFER peiné : Tu es injuste !
LOIS : Sans doute ..Ecoutes, je ne crois pas qu'on se fasse bcp de bien tous les 2 en ce moment. Demain, je me rend à Paris, je dois préparer les obsèques de Farheen. Je pense que je vais y rester jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER : Non, s'il te plaît Lois, ne pars pas ! On peut acheter la maison, tu vas la décoirer avant l'arrivée du bébé et
LOIS : Les choses ont changées.
KIEFER en colère : C'est qui ce type !?
LOIS amusée : Qqun que j'aime beaucoup, qqun qui était là pour moi quand j'en avais vraiment besoin, qqun qui m'a proposé de m'aider pour les obsèques ..
KIEFER les yeux embués : Qqun que tu aimes ?
LOIS : Pour l'instant c'est toi que j'aime ! Et crois, j'aimerai pouvoir changer ça, ça nous rendrait la vie plus facile à tous les 2 !
Kiefer se tût qqs instants, qu'aurait il pu dire de toutes façons !

KIEFER : Je ne veux pas que tu partes sans moi, je vais t'accompagner et je..
LOIS : Non, je ne veux pas que tu viennes. Je vais à Paris demain avec Peter, je règle les obsèques et je reste là bas jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER totalement déssoulé: Tu es ma femme Lois, je ne te laisserai pas partir avec un autre ! Demain au pire après demain, toute la presse va s'emparer de l'affaire, je serai à tes côtés parce que je t'aime. J'irai à Paris avec toi si tu penses que ma présence aux obsèques n'est pas déplacée, enfin surtout pour Selma et tu reviendras avec moi à L.A. où nous attendrons notre bébé tous les 2. J'adopterai Li Ann et nous allons être heureux, je t'en fais la promesse.
LOIS resistant tant bien que mal : C'est un fils, je l'ai appris ce matin.

Kiefer, reste figé, il était content, il avait enfin son fil sauf qu'elle est aller sans lui, ça il avait de la misère à accepter, elle tournait le couteau dans la plaie, il trouvait qu'elle fesait tout pour le rentre coupable et jaloux, mais ce n'était pas le temps de faire une colère. Alors il lui dit ce qui avait à dire dans un était neutre.

KIEFER: Tu vois, parmis les épreuves qu'ont traversent, il a des bonnes nouvelles, alors STP Lois ne me fait pas ce coup là, c'est toujours moi qui me sens coupable et qui n'est pas correct, on a notre part à tous les deux, on est deux dans cette histoire, ce n'est pas juste pour moi, je ne sais plus quoi faire quand tu n'es pas là, toi tu pars avec quelqu'un d'autre et moi je suis seul, alors comprend moi, su tu m'aimes vraiment on reste ensemble, ici ou on va à Paris ensemble, on est un couple, ça m'amuse pas de te voir partir avec un autre, si tu n'accepte pas c'est que tu ne m'aime pas assez, tu aimes mieux la compagnie des autres que ton mari, je ne sais pas si je vais pouvoir accepter cette fois, je suis en train de me tuer en dedans de moi, je me sens comme un jouet qu'on fait n'iomporte quoi avec et figure toi que ça ne marche plus, comme je le disais tout à l'heure tu as autant de tord que moi alors réfléchie bien Lois....
Il s'éloigna de Lois en pleurant, c'est la première fois qu'elle le voit dans cette état d'âme, elle est un peu perdu et elle trouve qu'il n'a pas tout à fait tord, qu'elle avait toujours l'habitude de s'enfuir pour ne pas voir le problème.

LOIS se colla à son dos et l'enlaça.
Je ne pars pas avec quelqu'un d'autre, je pars avec un ami, c'est différent. Sincèrement, tu as envie de venir à l'enterrement de Farheen ? Tu sais bien que non. Je ne veux pas te quitter, je veux juste ..
KIEFER : Juste quoi ? Faire une pause ? Je ne veux pas faire de pause, je ne veux plus vivre sans vous ne serait ce qu'un jour de plus. Je ne vais pas te supplier Lois alors répond moi maintenant !
LOIS detestait plus que tout être mise au pied du mur, pourtant elle savait qu'elle n'aurait pas de seconde chance. Il n'était pas parfait mais elle non plus. Elle avait 36 ans, elle était enceinte, elle avait la chance d'être aimée par celui qu'elle aimait, il était peut être temps pour elle de cesser de se faire du mal.
LOIS : D'accord ! Je vais demander à Peter de ne pas m'accompagner à Paris que tu viennes avec moi ou pas. Après les obsèques, je reviens à L.A. et je vais te faire la plus belle maison que tu n'ais jamais eue .. Quant à ton fils, il sera le plus beau et le plus talentueux de toute la lignée des Sutherland !
Kiefer mit quelques secondes à assimiler la nouvelle puis il fit face à Lois et l'embrassat d'abord tendrement puis avec passion et force.
Ils arrivèrent tant bien que mal dans la voiture où il firent l'amour comme 02 adolescents.

Ils attendirent dans les bras l'un de l'autre de voir le soleil se lever sur la plage.
LOIS : J'ai vraiment besoin d'un café et d'une clope !
KIEFER en se marrant : Tu es enceinte !
LOIS : Crois moi, je commence à le savoir !
KIEFER : Ok viens, il y a un starbucks à 2 pas d'ici.
LOIS en faisant la grimace : Je voulais un vrai café !
Mais elle était déjà dehors.
Ils étaient décoiffés et débraillés mais qu'importe !
Il allat chercher 2 maxi cafés et ils s'installèrent en terrasse.
Lunettes de soleil sur le nez, ils le burent en silence. Ils étaient juste ... bien, le soleil sur leur peau, le bruit des vagues, la joie d'être à nouveau réunis.
C'était parfait jusqu'à ce que le téléphone de Kiefer se mette à sonner ..

[ putain de téléphone ! : ]

1 homme : Mr Sutherland ?
KIEFER : oui ... ?
homme : Lieutenant Conelly, LAPD.
KIEFER : que puis-je pour vous ?
Lt Conelly : J'aurais aimé quelques éclaircissements ... j'ai sous les yeux un rapport de l'hôpital de West Side nous indiquant que vous votre femme avait été violée et souffrait de nombreuses ecchymoses dans les 24 heures qui ont précédées la mort de son père et de son ex-mari, que pouvez-vous me dire concernant ces faits ?
KIEFER : Rien, absolument rien. Ma femme n'a pas porté plainte, le reste la regarde. Posez lui la question.
CONELLY : On l'a fait mais elle n'a pas voulu répondre. Je pensais, enfin que vous ..Je ne pensais pas que vous étiez le genre d'homme qui laissait sa femme, enceinte, se faire violer sans rien faire.
KIEFER prit ces mots en pleine figure et dût faire un énorme effort pour rester calme, il ne voulait surtout pas tomber dans le piège tendu par le lieutenant.
Ecoutez lieutenant, ma femme sait qu'elle peut compter sur moi, je crois que je suis en train de lui prouver en ce moment même !
CONELY: Vous êtes un homme public, cette histoire peut vous faire du tort. Avez vous lu la presse ce matin ?
KIEFER : Il est 07h00 du matin !
CONELY : Achetez la, vous verrez c'est édifiant ! Profitez en pour informer votre femme que nous refusons qu'elle quitte le territoire pour l'instant, tant que cette affaire n'est pas plus claire. Il ne tient qu'à elle de la rendre limpide bien entendu. Bonne journée !

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Jeu 7 Sep - 16:48

Et il partit sans même dire au revoir à Rocco.
Il passa une partie de la nuit à tenter de l'appeler, mais sans succès, il tombait inexorablement sur sa messagerie.
Vers 3 ou 4 heures du matin, sans conviction et presque complètement sâoul, vautré de tout son long sur la plage où ils avaient passé de si bons moments tous les deux, il l'appela une dernière fois et lui laissa un message :
KIEFER : mon amour, je sais que tu dois me détester à l'heure qu'il est ... j'ai été bien minable ... je ne vais pas m'appitoyer sur mon sort, çà n'en vaut pas trop la peine, mais je voulais que tu saches que je t'aime plus que tout au monde, que malgré tous mes efforts je n'arrive pas toujours à te comprendre et que ...
LOIS, derrière lui : ... tu es le dernier des cons et des salauds mais blablabla...
Il s'assit d'un bond, elle se tenait devant lui, sa silhouette se découpait dans la nuit.

KIEFER : Eh bébé, assis toi, je suis bien incapable de me lever de toute façon !
LOIS s'assit à bonne distance de lui, mauvais signe se dit il !
LOIS ironique: Alors ? Tu as retrouvé ton téléphone ?
KIEFER : Je suis tellement désolé mais j'ai paniqué, tu avais l'air totalement absente, tu m'as fait peur, la situation m'a fait peur. J'ai été nul, je le sais bien mais met toi à ma place ne serait ce que 3 secondes !?
LOIS : Je n'ai pas envie d'être à ta place Kiefer, la mienne est suffisament pourrie crois moi ! D'ailleurs tu as remarqué, la conversation vient de commencer et on parle déjà de toi !
KIEFER peiné : Tu es injuste !
LOIS : Sans doute ..Ecoutes, je ne crois pas qu'on se fasse bcp de bien tous les 2 en ce moment. Demain, je me rend à Paris, je dois préparer les obsèques de Farheen. Je pense que je vais y rester jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER : Non, s'il te plaît Lois, ne pars pas ! On peut acheter la maison, tu vas la décoirer avant l'arrivée du bébé et
LOIS : Les choses ont changées.
KIEFER en colère : C'est qui ce type !?
LOIS amusée : Qqun que j'aime beaucoup, qqun qui était là pour moi quand j'en avais vraiment besoin, qqun qui m'a proposé de m'aider pour les obsèques ..
KIEFER les yeux embués : Qqun que tu aimes ?
LOIS : Pour l'instant c'est toi que j'aime ! Et crois, j'aimerai pouvoir changer ça, ça nous rendrait la vie plus facile à tous les 2 !
Kiefer se tût qqs instants, qu'aurait il pu dire de toutes façons !

KIEFER : Je ne veux pas que tu partes sans moi, je vais t'accompagner et je..
LOIS : Non, je ne veux pas que tu viennes. Je vais à Paris demain avec Peter, je règle les obsèques et je reste là bas jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER totalement déssoulé: Tu es ma femme Lois, je ne te laisserai pas partir avec un autre ! Demain au pire après demain, toute la presse va s'emparer de l'affaire, je serai à tes côtés parce que je t'aime. J'irai à Paris avec toi si tu penses que ma présence aux obsèques n'est pas déplacée, enfin surtout pour Selma et tu reviendras avec moi à L.A. où nous attendrons notre bébé tous les 2. J'adopterai Li Ann et nous allons être heureux, je t'en fais la promesse.
LOIS resistant tant bien que mal : C'est un fils, je l'ai appris ce matin.

Kiefer, reste figé, il était content, il avait enfin son fil sauf qu'elle est aller sans lui, ça il avait de la misère à accepter, elle tournait le couteau dans la plaie, il trouvait qu'elle fesait tout pour le rentre coupable et jaloux, mais ce n'était pas le temps de faire une colère. Alors il lui dit ce qui avait à dire dans un était neutre.

KIEFER: Tu vois, parmis les épreuves qu'ont traversent, il a des bonnes nouvelles, alors STP Lois ne me fait pas ce coup là, c'est toujours moi qui me sens coupable et qui n'est pas correct, on a notre part à tous les deux, on est deux dans cette histoire, ce n'est pas juste pour moi, je ne sais plus quoi faire quand tu n'es pas là, toi tu pars avec quelqu'un d'autre et moi je suis seul, alors comprend moi, su tu m'aimes vraiment on reste ensemble, ici ou on va à Paris ensemble, on est un couple, ça m'amuse pas de te voir partir avec un autre, si tu n'accepte pas c'est que tu ne m'aime pas assez, tu aimes mieux la compagnie des autres que ton mari, je ne sais pas si je vais pouvoir accepter cette fois, je suis en train de me tuer en dedans de moi, je me sens comme un jouet qu'on fait n'iomporte quoi avec et figure toi que ça ne marche plus, comme je le disais tout à l'heure tu as autant de tord que moi alors réfléchie bien Lois....
Il s'éloigna de Lois en pleurant, c'est la première fois qu'elle le voit dans cette état d'âme, elle est un peu perdu et elle trouve qu'il n'a pas tout à fait tord, qu'elle avait toujours l'habitude de s'enfuir pour ne pas voir le problème.

LOIS se colla à son dos et l'enlaça.
Je ne pars pas avec quelqu'un d'autre, je pars avec un ami, c'est différent. Sincèrement, tu as envie de venir à l'enterrement de Farheen ? Tu sais bien que non. Je ne veux pas te quitter, je veux juste ..
KIEFER : Juste quoi ? Faire une pause ? Je ne veux pas faire de pause, je ne veux plus vivre sans vous ne serait ce qu'un jour de plus. Je ne vais pas te supplier Lois alors répond moi maintenant !
LOIS detestait plus que tout être mise au pied du mur, pourtant elle savait qu'elle n'aurait pas de seconde chance. Il n'était pas parfait mais elle non plus. Elle avait 36 ans, elle était enceinte, elle avait la chance d'être aimée par celui qu'elle aimait, il était peut être temps pour elle de cesser de se faire du mal.
LOIS : D'accord ! Je vais demander à Peter de ne pas m'accompagner à Paris que tu viennes avec moi ou pas. Après les obsèques, je reviens à L.A. et je vais te faire la plus belle maison que tu n'ais jamais eue .. Quant à ton fils, il sera le plus beau et le plus talentueux de toute la lignée des Sutherland !
Kiefer mit quelques secondes à assimiler la nouvelle puis il fit face à Lois et l'embrassat d'abord tendrement puis avec passion et force.
Ils arrivèrent tant bien que mal dans la voiture où il firent l'amour comme 02 adolescents.

Ils attendirent dans les bras l'un de l'autre de voir le soleil se lever sur la plage.
LOIS : J'ai vraiment besoin d'un café et d'une clope !
KIEFER en se marrant : Tu es enceinte !
LOIS : Crois moi, je commence à le savoir !
KIEFER : Ok viens, il y a un starbucks à 2 pas d'ici.
LOIS en faisant la grimace : Je voulais un vrai café !
Mais elle était déjà dehors.
Ils étaient décoiffés et débraillés mais qu'importe !
Il allat chercher 2 maxi cafés et ils s'installèrent en terrasse.
Lunettes de soleil sur le nez, ils le burent en silence. Ils étaient juste ... bien, le soleil sur leur peau, le bruit des vagues, la joie d'être à nouveau réunis.
C'était parfait jusqu'à ce que le téléphone de Kiefer se mette à sonner ..

[ putain de téléphone ! : ]

1 homme : Mr Sutherland ?
KIEFER : oui ... ?
homme : Lieutenant Conelly, LAPD.
KIEFER : que puis-je pour vous ?
Lt Conelly : J'aurais aimé quelques éclaircissements ... j'ai sous les yeux un rapport de l'hôpital de West Side nous indiquant que vous votre femme avait été violée et souffrait de nombreuses ecchymoses dans les 24 heures qui ont précédées la mort de son père et de son ex-mari, que pouvez-vous me dire concernant ces faits ?
KIEFER : Rien, absolument rien. Ma femme n'a pas porté plainte, le reste la regarde. Posez lui la question.
CONELLY : On l'a fait mais elle n'a pas voulu répondre. Je pensais, enfin que vous ..Je ne pensais pas que vous étiez le genre d'homme qui laissait sa femme, enceinte, se faire violer sans rien faire.
KIEFER prit ces mots en pleine figure et dût faire un énorme effort pour rester calme, il ne voulait surtout pas tomber dans le piège tendu par le lieutenant.
Ecoutez lieutenant, ma femme sait qu'elle peut compter sur moi, je crois que je suis en train de lui prouver en ce moment même !
CONELY: Vous êtes un homme public, cette histoire peut vous faire du tort. Avez vous lu la presse ce matin ?
KIEFER : Il est 07h00 du matin !
CONELY : Achetez la, vous verrez c'est édifiant ! Profitez en pour informer votre femme que nous refusons qu'elle quitte le territoire pour l'instant, tant que cette affaire n'est pas plus claire. Il ne tient qu'à elle de la rendre limpide bien entendu. Bonne journée !

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Jeu 7 Sep - 20:49

Et il partit sans même dire au revoir à Rocco.
Il passa une partie de la nuit à tenter de l'appeler, mais sans succès, il tombait inexorablement sur sa messagerie.
Vers 3 ou 4 heures du matin, sans conviction et presque complètement sâoul, vautré de tout son long sur la plage où ils avaient passé de si bons moments tous les deux, il l'appela une dernière fois et lui laissa un message :
KIEFER : mon amour, je sais que tu dois me détester à l'heure qu'il est ... j'ai été bien minable ... je ne vais pas m'appitoyer sur mon sort, çà n'en vaut pas trop la peine, mais je voulais que tu saches que je t'aime plus que tout au monde, que malgré tous mes efforts je n'arrive pas toujours à te comprendre et que ...
LOIS, derrière lui : ... tu es le dernier des cons et des salauds mais blablabla...
Il s'assit d'un bond, elle se tenait devant lui, sa silhouette se découpait dans la nuit.

KIEFER : Eh bébé, assis toi, je suis bien incapable de me lever de toute façon !
LOIS s'assit à bonne distance de lui, mauvais signe se dit il !
LOIS ironique: Alors ? Tu as retrouvé ton téléphone ?
KIEFER : Je suis tellement désolé mais j'ai paniqué, tu avais l'air totalement absente, tu m'as fait peur, la situation m'a fait peur. J'ai été nul, je le sais bien mais met toi à ma place ne serait ce que 3 secondes !?
LOIS : Je n'ai pas envie d'être à ta place Kiefer, la mienne est suffisament pourrie crois moi ! D'ailleurs tu as remarqué, la conversation vient de commencer et on parle déjà de toi !
KIEFER peiné : Tu es injuste !
LOIS : Sans doute ..Ecoutes, je ne crois pas qu'on se fasse bcp de bien tous les 2 en ce moment. Demain, je me rend à Paris, je dois préparer les obsèques de Farheen. Je pense que je vais y rester jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER : Non, s'il te plaît Lois, ne pars pas ! On peut acheter la maison, tu vas la décoirer avant l'arrivée du bébé et
LOIS : Les choses ont changées.
KIEFER en colère : C'est qui ce type !?
LOIS amusée : Qqun que j'aime beaucoup, qqun qui était là pour moi quand j'en avais vraiment besoin, qqun qui m'a proposé de m'aider pour les obsèques ..
KIEFER les yeux embués : Qqun que tu aimes ?
LOIS : Pour l'instant c'est toi que j'aime ! Et crois, j'aimerai pouvoir changer ça, ça nous rendrait la vie plus facile à tous les 2 !
Kiefer se tût qqs instants, qu'aurait il pu dire de toutes façons !

KIEFER : Je ne veux pas que tu partes sans moi, je vais t'accompagner et je..
LOIS : Non, je ne veux pas que tu viennes. Je vais à Paris demain avec Peter, je règle les obsèques et je reste là bas jusqu'à la naissance du bébé.
KIEFER totalement déssoulé: Tu es ma femme Lois, je ne te laisserai pas partir avec un autre ! Demain au pire après demain, toute la presse va s'emparer de l'affaire, je serai à tes côtés parce que je t'aime. J'irai à Paris avec toi si tu penses que ma présence aux obsèques n'est pas déplacée, enfin surtout pour Selma et tu reviendras avec moi à L.A. où nous attendrons notre bébé tous les 2. J'adopterai Li Ann et nous allons être heureux, je t'en fais la promesse.
LOIS resistant tant bien que mal : C'est un fils, je l'ai appris ce matin.

Kiefer, reste figé, il était content, il avait enfin son fil sauf qu'elle est aller sans lui, ça il avait de la misère à accepter, elle tournait le couteau dans la plaie, il trouvait qu'elle fesait tout pour le rentre coupable et jaloux, mais ce n'était pas le temps de faire une colère. Alors il lui dit ce qui avait à dire dans un était neutre.

KIEFER: Tu vois, parmis les épreuves qu'ont traversent, il a des bonnes nouvelles, alors STP Lois ne me fait pas ce coup là, c'est toujours moi qui me sens coupable et qui n'est pas correct, on a notre part à tous les deux, on est deux dans cette histoire, ce n'est pas juste pour moi, je ne sais plus quoi faire quand tu n'es pas là, toi tu pars avec quelqu'un d'autre et moi je suis seul, alors comprend moi, su tu m'aimes vraiment on reste ensemble, ici ou on va à Paris ensemble, on est un couple, ça m'amuse pas de te voir partir avec un autre, si tu n'accepte pas c'est que tu ne m'aime pas assez, tu aimes mieux la compagnie des autres que ton mari, je ne sais pas si je vais pouvoir accepter cette fois, je suis en train de me tuer en dedans de moi, je me sens comme un jouet qu'on fait n'iomporte quoi avec et figure toi que ça ne marche plus, comme je le disais tout à l'heure tu as autant de tord que moi alors réfléchie bien Lois....
Il s'éloigna de Lois en pleurant, c'est la première fois qu'elle le voit dans cette état d'âme, elle est un peu perdu et elle trouve qu'il n'a pas tout à fait tord, qu'elle avait toujours l'habitude de s'enfuir pour ne pas voir le problème.

LOIS se colla à son dos et l'enlaça.
Je ne pars pas avec quelqu'un d'autre, je pars avec un ami, c'est différent. Sincèrement, tu as envie de venir à l'enterrement de Farheen ? Tu sais bien que non. Je ne veux pas te quitter, je veux juste ..
KIEFER : Juste quoi ? Faire une pause ? Je ne veux pas faire de pause, je ne veux plus vivre sans vous ne serait ce qu'un jour de plus. Je ne vais pas te supplier Lois alors répond moi maintenant !
LOIS detestait plus que tout être mise au pied du mur, pourtant elle savait qu'elle n'aurait pas de seconde chance. Il n'était pas parfait mais elle non plus. Elle avait 36 ans, elle était enceinte, elle avait la chance d'être aimée par celui qu'elle aimait, il était peut être temps pour elle de cesser de se faire du mal.
LOIS : D'accord ! Je vais demander à Peter de ne pas m'accompagner à Paris que tu viennes avec moi ou pas. Après les obsèques, je reviens à L.A. et je vais te faire la plus belle maison que tu n'ais jamais eue .. Quant à ton fils, il sera le plus beau et le plus talentueux de toute la lignée des Sutherland !
Kiefer mit quelques secondes à assimiler la nouvelle puis il fit face à Lois et l'embrassat d'abord tendrement puis avec passion et force.
Ils arrivèrent tant bien que mal dans la voiture où il firent l'amour comme 02 adolescents.

Ils attendirent dans les bras l'un de l'autre de voir le soleil se lever sur la plage.
LOIS : J'ai vraiment besoin d'un café et d'une clope !
KIEFER en se marrant : Tu es enceinte !
LOIS : Crois moi, je commence à le savoir !
KIEFER : Ok viens, il y a un starbucks à 2 pas d'ici.
LOIS en faisant la grimace : Je voulais un vrai café !
Mais elle était déjà dehors.
Ils étaient décoiffés et débraillés mais qu'importe !
Il allat chercher 2 maxi cafés et ils s'installèrent en terrasse.
Lunettes de soleil sur le nez, ils le burent en silence. Ils étaient juste ... bien, le soleil sur leur peau, le bruit des vagues, la joie d'être à nouveau réunis.
C'était parfait jusqu'à ce que le téléphone de Kiefer se mette à sonner ..

[ putain de téléphone ! : ]

1 homme : Mr Sutherland ?
KIEFER : oui ... ?
homme : Lieutenant Conelly, LAPD.
KIEFER : que puis-je pour vous ?
Lt Conelly : J'aurais aimé quelques éclaircissements ... j'ai sous les yeux un rapport de l'hôpital de West Side nous indiquant que vous votre femme avait été violée et souffrait de nombreuses ecchymoses dans les 24 heures qui ont précédées la mort de son père et de son ex-mari, que pouvez-vous me dire concernant ces faits ?
KIEFER : Rien, absolument rien. Ma femme n'a pas porté plainte, le reste la regarde. Posez lui la question.
CONELLY : On l'a fait mais elle n'a pas voulu répondre. Je pensais, enfin que vous ..Je ne pensais pas que vous étiez le genre d'homme qui laissait sa femme, enceinte, se faire violer sans rien faire.
KIEFER prit ces mots en pleine figure et dût faire un énorme effort pour rester calme, il ne voulait surtout pas tomber dans le piège tendu par le lieutenant.
Ecoutez lieutenant, ma femme sait qu'elle peut compter sur moi, je crois que je suis en train de lui prouver en ce moment même !
CONELY: Vous êtes un homme public, cette histoire peut vous faire du tort. Avez vous lu la presse ce matin ?
KIEFER : Il est 07h00 du matin !
CONELY : Achetez la, vous verrez c'est édifiant ! Profitez en pour informer votre femme que nous refusons qu'elle quitte le territoire pour l'instant, tant que cette affaire n'est pas plus claire. Il ne tient qu'à elle de la rendre limpide bien entendu. Bonne journée !

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Jeu 7 Sep - 23:50

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Ven 8 Sep - 1:27

Kiefer racroccha rageusement !
Puis en s'adressant à Lois "C'était ton lieutenant de police préféré, il te refuse le droit de quitter le territoire, je suis désolé bébé mais tu ne peux pas aller à Paris aujourd hui"
LOIS : L'enfoiré ! Il a le droit ?
KIEFER : sans doute, je vais appeler ton avocat.
LOIS interloquée : depuis quand j'ai un avocat ?
KIEFER : Je l'ai engagé hier, je redoutais que tu en ais besoin !
LOIS : Ok ok, je vais appeler Emad, il va commencer à s'occuper des préparatifs à Paris avec sa soeur. De toutes façons, je n'étais pas très à l'aise pour retourner à la Mosquée et supplier l'Imam d'accepter la cérémonie alors que Farheen est un assassin !!. Je les rejoindrai dès que possible, donne moi le N° de l'avocat, je vais l'appeler dans la foulée, puis je dois décommander Peter aussi ..
KIEFER : Passes tes coups de fil tranquille, je vais me chercher le journal .

Il redoutait de lire la Presse ce matin et préférait être seul afin de préparer, si besoin, Lois à ce qu'elle allait devoir subir !!
"Mme Kiefer SUTHERLAND impliquée dans un meurtre mafieux", "Mme SUTHERLAND préfère the sopranos à 24 ! ", "Kiefer savait qu'il avait épousé une criminelle mais savait il que c'était de famille ??!!", etc, etc.. Lois s'en prenait plein la tête ; son passé, les détails (très nombreux) des malversations de son père, le passé trouble de Farheen, leurs relations ambiguës et le pire de tout, une interview de la mère de Lois qui accuse cette dernière de soutenir l'assassin de son propre père et la décrit comme une mauvaise fille qui leur a tjs causé pleins de soucis ..Lois allait adorer !!

Bon, il décida que plus tard dans la semaine quand la poussière aurait un peu tombé, que lui et Lois donnerait une entrevue, ils mettraient le tout au clair, tout est déformé dans les journeaux. Pendant que Lois fait ses appelles, de son côté il appel son avocat et discute de tout ça avec.
maître Sean: Tu es dans le pétrain mais je peux te sortir de là, tu n'a rien à voir avec tout ça, ton idée d'entrevue me semble bonne et ne te gêne pas pour te montrer en public, il ne faut pas se cacher, c'est encore plus pire dans ce temps là. Rejoint moi tout à l'heure et on va parler face à face et amène Lois si tu veux et son avocat.
KIEFER: O.K. Il faut que j'avertisse Lois et dans une heure ont est là.
Il la rejoint à la terrasse et lui montre le journal, elle reste sans réaction.
LOIS: On est habituer, il n'y a plus rien qui m'énerve, on va s'y faire avec.
Sur ce, Ils rentrèrent à l'appartement.
A peine arrivés, ça sonna à la porte

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Ven 8 Sep - 16:08

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Ven 8 Sep - 20:20

Sujet: JEU : KIEFER ET NOUS de partie XIII à... Aujourd’hui à 15:08

--------------------------------------------------------------------------------

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquilleter, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Ven 8 Sep - 22:36

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Sam 9 Sep - 11:33

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme.
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Sam 9 Sep - 16:42

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de trvaers pour elle de ce temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Sam 9 Sep - 16:54

KIEFER eut la désagréable surprise de voir un camion de Presse garé sur le trottoir avec journaliste et caméraman plantés devant sa porte ! Les premiers de la journée ! Les voici prisonniers de leur appartement.
Lois ne comprit pas tout de suite, en tout cas, elle ne montra aucun signe de nervosité. Quand il lui parlat du rendez vous chez l'avocat et de l'interview qu'il souhaitait donnée elle fût catégorique !
LOIS : Hors de question que je parle à la Presse, tu le sais, jamais je n'irai poser mon cul devant une caméra pour y déballer ma vie. Je n'ai rien fait de mal et je n'éprouve aucun besoin de me justifier. Quant à l'avocat, pff ..Je n'en vois pas l'utilité, je ne suis accusée de rien. Celui que tu m'as choisi m'a donné 2 jours maxi avant que je puisse partir à Paris, c'est tout ce qui m'interesse !
KIEFER : Le but n'est pas de se justifier auprès de la Presse, simplement de rétablir la vérité sur certaines choses.
LOIS ironique : La vérité ?! Mais qui tu crois que ça interesse ? Les charognards qui sont dehors ? !! Franchement, tu crois à ce que tu dis !
KIEFER fatigué : Ok je n'ai pas envie de me battre avec toi. Habilles toi, on sort, je t'emmène où tu veux.
LOIS : J'ai envie de voir mon fils et mes filles !
KIEFER : Très bien !

Il fila sous la douche, cette femme avait le don de l'énerver mais qu'est ce qu'il était heureux qu'elle soit là ! Il sourit, seul sous sa douche.
Quand il en sortit, il la vit dans la chambre, nue devant le mirroir elle regardait son ventre. Il s'approcha lentement d'elle et posa sa main sur son fils. Avec la sienne, elle le guida et soudain il sentit un petit coup dans sa paume, les larmes lui piquèrent les yeux et l'émotion lui serra la gorge. Lois se retourna et l'embrassat.
Puis elle l'abandonna au milieu de la chambre pour entrer à son tour dans la douche.
Il avait longtemps courru, après le travail, la notoriété, l'amour, l'argent, le succès. Cette course l'avait toujours maintenue en vie mais aujourd hui il n'avait plus envie de courrir, il avait juste envie de se poser et vivre des petits moments de bonheurs comme celui ci, des moments si forts que pas une récompense, pas un rôle, pas une virée ne pourraient égaler ..

Quand ils furent prêts à sortir, 2 autres camions de Presse s'étaient garés devant chez eux.
KIEFER : Prête ?
LOIS : Prête !
A peine la porte fût elle ouverte que Lois se retrouva avec un micro sous le nez assailie par tant de questions qu'elle n'en comprit aucune !! Il firent leur plus beaux sourires de circonstances, se prirent pas la main et sans un mot montèrent dans leur voiture.

LOIS : Waouh ! Tu crois qu'ils vont rester longtemps ?
KIEFER : Jusqu'à ce qu'on leur parle, jusqu'à ce qu'un autre scandale apparaisse, difficile à savoir ..
Le téléphone de Lois se mit à sonner, à peine décrocché , elle le referma aussitôt en jurant !
KIEFER ironique : Laisse moi deviner ? La Presse ?
LOIS excédée : Ma chère maman ! Elle altèrne ce matin les coups de fils avec 2 de mes soeurs "chéries" !
KIEFER : Vu ce que j'ai lu dans la presse ce matin, elle est effectivement gonflée ! Qu'est ce qu'elle veut ?
LOIS: Je n'en sais rien et je ne veux surtout pas savoir !!
Arrivant devant chez Sarah et Emad, ils furent soulagés de constater qu'aucun journaliste n'était présent.
Emad, Selma, Marc et même Sarah étaient en plein préparatif pour leur départ à Paris. Ils furent tous très déçus de ne pouvoir partir en même temps que Lois mais Emad lui promit de s'occuper de tout. Il avait mûri en 02 jours, son air enfantin l'avait quitté, Lois en fût attristée ..

LOIS: D'habitude c'est les parents qui s'occuppent des enfants et là c'est le contraire, merci Emad, je n'ai pas la force ces jours ci de tout m'occupper, je suis si fier de mes enfants.
EMAD: On est une vrai famille, on est la pour s'entraider.
Lois, décida de faire un dîner sur place et de manger tous ensemble sans se faire déranger, elle avait même fermer les rideaux, c'était calme et elle voulait en profiter, les journalistes allaient sûrement trouver cet appart dans pas grand temps. Même Selma avait l'air heureuse, elle voyait enfin que sa mère était heureuse et Kiefer restait à ses côté malgré la dur épreuve qu'elle traverse.
LOIS: Je voulait vous annoncé que vous allez avoir un petit frère, il en a un qui va être heureux, Emad!!!
EMAD: Enfin, tu n'es pas juste capable de faire des filles, je vais avoir un plaisir fou avec ce petit bout.
L'atmosphère était détendu, il était temps que tout le monde retourne à ses occupations. Kiefer et Lois décident de relaxer encore un peu. Soudain, Lois eu une contraction importante, puis une seconde ..

LOIS blême : Marc appelle une ambulance STP, je ne me sens pas bien, pas bien du tout.
KIEFER surpris : Eh bébé, calme toi, allonge toi.
Marc sauta sur le téléphone pour faire le 911. Lois s'était mise à pleurer et semblait en proie à une profonde panique. Cet état de faiblesse était une grande première pour ses enfants qui restaient figés sans savoir quoi faire.
KIEFER : respire, calme toi, je suis là.
LOIS : Stp Kiefer, je ne pourrai pas supporter de le perdre, pas maintenant !
Il ne savait quoi répondre à ça, lui non plus ne pourrait pas le supporter !

Les secouristes s'occupèrent d'elle efficacement, ils lui injectèrent un produit destiné à stopper les contractions et l'emmenèrent à l'Hôpital.
Le medecin se voulut rassurant ; Il expliquât à toute la famille réunit qu'un très fort stress pouvait provoquer ce genre d'incident mais qu'aucun problème physiologique n'était à déplorer. Il ne devait donc pas s'inquiéter mais éviter à Lois tout nouveau stress important.
Kiefer Lui parla en tête à tête de l'agression de Lois et de leur situation présente ; Le voyage à Paris, les obsèques, la Presse.
MEDECIN : Ce n'est pas l'agression qui a provoquée ces contractions. Par contre, je suis catégorique, il lui faut du repos alors il faut oublier le voyage à Paris. Je comprend qu'elle y tienne mais ça ne serait vraiment pas raisonnable !!

Les enfants passèrent rapidement dans la chambre pour lui dire au revoir, leur avion décollait dans 04h. Marc lui promit de s'occuper de Li Ann les prochains jours et Kiefer put enfin se retrouver seule avec elle.
LOIS : Tu ne vas pas me laisser dormir seule ici ?
KIEFER : Bien sur que non, je vais rester.
LOIS lui tendant la main : Viens avec moi.
Ils s'installèrent comme ils purent sur le lit d'hôpital.
LOIS : Le médecin m'a interdit le voyage.
KIEFER : Je sais
LOIS : Je crois que finalement c'est une bonne chose, je n'aurai pa pu prendre cette décision moi même mais je ne dois plus rien à Farheen et .. Je suis heureuse d'échapper à cette cérémonie finalement.
KIEFER la serrant plus fort : Je suis infiniement soulagé de l'apprendre !
LOIS : J'ai eu si peur ce soir que les choses importantes se sont imposées d'elles même !
KIEFER : Demain je signe pour la maison
LOIS rit : Ca, c'est une chose importante.
KIEFER : Moi aussi j'ai eu peur ce soir, vraiment peur Lois. Maintenant je vais m'occuper de toi et tout va bien se passer. J'ai appelé un de mes amis et il m'a filé les clés de son ranch, on va s'installer là bas, le temps que les choses se calment ici.
LOIS : Et ton boulot ?
KIEFER : Il me reste 10 j de pause, après on avisera. Marc et Li Ann viennent avec nous. Tu verras, c'est très beau là bas.
LOIS sombrant dans le sommeil : Comme tu voudras, comme tu voudras..

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
Revenir en haut Aller en bas
KS
Co-Productrice de Kiefer
Co-Productrice de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 1075
Age : 45
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Dim 10 Sep - 21:51

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?

KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Dim 10 Sep - 22:12

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Lun 11 Sep - 2:00

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !



Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaire, juste assez gross pour être confortable.
KIEFER:Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant:Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Lun 11 Sep - 7:44

[quote="charlie"]Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Lun 11 Sep - 20:39

[quote="charlie"]Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.


Durant le viol qui les amènent à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon...
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était partie faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur le lac.
Propriétaire de la maison: Bonjour m. et mme Sutherland, je vous appel pour la vente de la maison....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Lun 11 Sep - 22:14

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.

Durant le vol qui les ramène à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon.
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu ? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était parti faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur la plage.
Ils devaient aller chercher les clés chez son avocat le lendemain, Lois allait pouvoir commencer à s'occuper du démménagement avec Marc.

Leur escapade avait été géniale mais il fût très heureux de se lever à l'aube pour se rendre sur le plateau. Il avait ça dans le sang et il devait regarder le choses en face, plus jamais il ne pourrait se passer de cette "drogue". Sur le set, il donnait tout et ça lui procurait de grandes joies. Sans compter qu'après 05 années de travail acharné, toute la profession commençait à l'auréoler de gloire et ça, c'était vraiment bon !! Son prochain challenge serait de percer enfin au cinéma, après tout un oscar serait parfaitement à sa place à côté de toutes les récompenses reçues ces 05 dernières années !!
Sa soudaine ambition le fit sourire ! Aujourd hui il était prêt profesionnellement mais surtout, il avait son fils et Lois à éblouir !
D'ailleurs, il intercepta le chef concepteur des décors sur 24 pour lui demander conseil pour Lois.
Revenir en haut Aller en bas
KS
Co-Productrice de Kiefer
Co-Productrice de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 1075
Age : 45
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mar 12 Sep - 1:21

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.

Durant le vol qui les ramène à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon.
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu ? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était parti faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur la plage.
Ils devaient aller chercher les clés chez son avocat le lendemain, Lois allait pouvoir commencer à s'occuper du démménagement avec Marc.

Leur escapade avait été géniale mais il fût très heureux de se lever à l'aube pour se rendre sur le plateau. Il avait ça dans le sang et il devait regarder le choses en face, plus jamais il ne pourrait se passer de cette "drogue". Sur le set, il donnait tout et ça lui procurait de grandes joies. Sans compter qu'après 05 années de travail acharné, toute la profession commençait à l'auréoler de gloire et ça, c'était vraiment bon !! Son prochain challenge serait de percer enfin au cinéma, après tout un oscar serait parfaitement à sa place à côté de toutes les récompenses reçues ces 05 dernières années !!
Sa soudaine ambition le fit sourire ! Aujourd hui il était prêt profesionnellement mais surtout, il avait son fils et Lois à éblouir !
D'ailleurs, il intercepta le chef concepteur des décors sur 24 pour lui demander conseil pour Lois.

Le chef concepteur : ... Ce qu'il lui faut c'est surtout une oeuvre réaliste, un thème où elle pourra pleinement exprimer son art et ses capacités parce qu'une série d'action ou de moeurs c'est limité et elle va vite s'ennuyer
Le chef concepteur avec humour :... ou alors son truc c'est de faire exploser les cellules anti-terroriste et je risque d'avoir besoin de quelqu'un !
KIEFER : Ok merci Mike, je lui demanderai son avis
Après avoir quitté le plateau, Kiefer passa prendre les clefs de la maison chez son avocat et fila chez lui pour retrouver toute sa petite famille ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mar 12 Sep - 7:50

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.

Durant le vol qui les ramène à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon.
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu ? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était parti faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur la plage.
Ils devaient aller chercher les clés chez son avocat le lendemain, Lois allait pouvoir commencer à s'occuper du démménagement avec Marc.

Leur escapade avait été géniale mais il fût très heureux de se lever à l'aube pour se rendre sur le plateau. Il avait ça dans le sang et il devait regarder le choses en face, plus jamais il ne pourrait se passer de cette "drogue". Sur le set, il donnait tout et ça lui procurait de grandes joies. Sans compter qu'après 05 années de travail acharné, toute la profession commençait à l'auréoler de gloire et ça, c'était vraiment bon !! Son prochain challenge serait de percer enfin au cinéma, après tout un oscar serait parfaitement à sa place à côté de toutes les récompenses reçues ces 05 dernières années !!
Sa soudaine ambition le fit sourire ! Aujourd hui il était prêt profesionnellement mais surtout, il avait son fils et Lois à éblouir !
D'ailleurs, il intercepta le chef concepteur des décors sur 24 pour lui demander conseil pour Lois.
Le chef concepteur : ... Ce qu'il lui faut c'est surtout une oeuvre réaliste, un thème où elle pourra pleinement exprimer son art et ses capacités parce qu'une série d'action ou de moeurs c'est limité et elle va vite s'ennuyer
Le chef concepteur avec humour :... ou alors son truc c'est de faire exploser les cellules anti-terroriste et je risque d'avoir besoin de quelqu'un !
KIEFER : Ok merci Mike, je lui demanderai son avis
Après avoir quitté le plateau, Kiefer passa prendre les clefs de la maison chez son avocat et fila chez lui pour retrouver toute sa petite famille ...

Marc était sortit, Li Ann couchée et Lois semblait fatiguée.
KIEFER : Ca ne va pas ma puce ?
LOIS : Si, j'ai eu une journée un peu éprouvante ; Farheen a eté finalement enterré aujourd hui et j'ai eu Emad au téléphone. Sa grande tristesse a sans doute un peu déteint sur moi.
En faisant un geste de la main : Enfin, c'était une belle cérémonie ! Ils vont rester tous les 03 encore 1 ou 2 semaines à Paris, le temps de s'occuper de vider les 02 appartements.
KIEFER : Tu as parlé à Sarah ?
LOIS : Non mais je suis heureuse qu'elle soit auprès d'Emad, elle lui est d'une grande aide en ces moments pénibles. Les choses semblent sérieuses entre eux.
KIEFER dubitatif : Comment ça ? sérieuses ?
LOIS étonnée : Bah ils sont amoureux ! Tu ne l'avais pas remarqué ?!
Puis en riant : Mon fils aime ta fille qui aime mon fils en retour !!
KIEFER figé : Pourquoi personne ne m'a rien dit ?
LOIS toujours amusée : Ils ne m'ont rien dit à moi non plus mais ça se voit !!
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mer 13 Sep - 0:04

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.

Durant le vol qui les ramène à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon.
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu ? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était parti faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur la plage.
Ils devaient aller chercher les clés chez son avocat le lendemain, Lois allait pouvoir commencer à s'occuper du démménagement avec Marc.

Leur escapade avait été géniale mais il fût très heureux de se lever à l'aube pour se rendre sur le plateau. Il avait ça dans le sang et il devait regarder le choses en face, plus jamais il ne pourrait se passer de cette "drogue". Sur le set, il donnait tout et ça lui procurait de grandes joies. Sans compter qu'après 05 années de travail acharné, toute la profession commençait à l'auréoler de gloire et ça, c'était vraiment bon !! Son prochain challenge serait de percer enfin au cinéma, après tout un oscar serait parfaitement à sa place à côté de toutes les récompenses reçues ces 05 dernières années !!
Sa soudaine ambition le fit sourire ! Aujourd hui il était prêt profesionnellement mais surtout, il avait son fils et Lois à éblouir !
D'ailleurs, il intercepta le chef concepteur des décors sur 24 pour lui demander conseil pour Lois.
Le chef concepteur : ... Ce qu'il lui faut c'est surtout une oeuvre réaliste, un thème où elle pourra pleinement exprimer son art et ses capacités parce qu'une série d'action ou de moeurs c'est limité et elle va vite s'ennuyer
Le chef concepteur avec humour :... ou alors son truc c'est de faire exploser les cellules anti-terroriste et je risque d'avoir besoin de quelqu'un !
KIEFER : Ok merci Mike, je lui demanderai son avis
Après avoir quitté le plateau, Kiefer passa prendre les clefs de la maison chez son avocat et fila chez lui pour retrouver toute sa petite famille ...

Marc était sortit, Li Ann couchée et Lois semblait fatiguée.
KIEFER : Ca ne va pas ma puce ?
LOIS : Si, j'ai eu une journée un peu éprouvante ; Farheen a eté finalement enterré aujourd hui et j'ai eu Emad au téléphone. Sa grande tristesse a sans doute un peu déteint sur moi.
En faisant un geste de la main : Enfin, c'était une belle cérémonie ! Ils vont rester tous les 03 encore 1 ou 2 semaines à Paris, le temps de s'occuper de vider les 02 appartements.
KIEFER : Tu as parlé à Sarah ?
LOIS : Non mais je suis heureuse qu'elle soit auprès d'Emad, elle lui est d'une grande aide en ces moments pénibles. Les choses semblent sérieuses entre eux.
KIEFER dubitatif : Comment ça ? sérieuses ?
LOIS étonnée : Bah ils sont amoureux ! Tu ne l'avais pas remarqué ?!
Puis en riant : Mon fils aime ta fille qui aime mon fils en retour !!
KIEFER figé : Pourquoi personne ne m'a rien dit ?
LOIS toujours amusée : Ils ne m'ont rien dit à moi non plus mais ça se voit !!


KIEFER avec des yeux surpris: Pourquoi je suis toujours le dernier à s'avoir tout, je m'en doutais pas.
LOIS: Voyons chérie ça se voit dans leur yeux, ils sont fait pour aller ensemble, l'attention qui se porte un envers l'autre dit tout, (Lois avec un large sourire) HÉ, tu ne serais pas jaloux de mon gars j'espère.
KIEFER: Non, mais je suis surpris, je m'y attendais, elle est rendu adulte maintenant, il faut que je la laisse respirer un peu.
LOIS: HA!, les papas avec leur fille, ils voudraient toujours les garder pour eux.
Kiefer donne un bec sur le frond de Lois avant d'aller prendre sa douche, il va embrasser aussi Li-Ann sur la joue.
LOIS:Demain, j'aimerais t'acompagner sur le plateau, j'aimerais voir aller les gens qui s'occuppe du décord, j'aimerais ça commencer tranquillement à prendre des petits trucs et je pourrais regarder mon Jack au travail. (Elle rit au éclat.)
KIEFER: Avec plaisir ma douce, mais fait attention pour ne pas déconcentrer ton Jack, il a une job à faire.
LOIS en riant: Je vais être silencieuse.
Ils embarquent les deux dans la douche, Lois se disait que sa la relaxerait avant d'aller souper et de se coucher. La douche fini Lois alla préparer un repas, elle mit des chandelles sur la table et sortit deux coupes de vin et mit de la musique relax.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Mer 13 Sep - 8:26

Le Lendemain, Kiefer entassa tout le monde dans sa voiture en direction du ranch. Il avait dû braver les journalistes à l'aube afin de préparer les bagages et espérait les avoir tous semer sur le chemin de l'hôpital. Le ranch était effectivement un merveilleux endroit, près d'une forêt et donnant sur un lac. Le ranch élevait du bétail et une dizaine de cow-boy était à l'oeuvre.
LOIS : Wahou, dîtes moi que je rêve où nous avons changé de siècle !
KIEFER en riant : Bienvenue en Amérique ma chérie, la vraie ! Pas celle d'Hollywood.

Ceci permetterait à Kiefer de rester les deux pieds sur terre, qu'il n'avait pas juste le bouleau dans la vie, il avait aussi la famille, tout était calme on attendait juste le bruit des oiseaux et des chevaux remuer.
LOIS: C'est vraiment vraiment bien, je ne suis plus sûre de vouloir retourner là-bas après.
KIEFER: De toute façon on a une semaine pour apprécier ce paysage et la tranquillete, vient on va monter à cheval, Li-Ann me le demande depuis tout à l'heure alors on part faire une balade.
LOIS: Avec plaisir.
Ils prennent chacun un cheval et Kiefer embarque Li-Ann avec lui, il la trouvait trop petite pou embarquer tout seul. C'était un autre moment que Lois adorait entre famille, ils s'arretent pour faire une pause.
LOIS : Ouah, si mon médecin me voyait, je crois qu'il serait furieux ! Mais qu'est ce que c'est bien !
KIEFER : Tant qu'on reste au pas, il n'y a aucun risque.
Lui montrant le ranch : J'ai vécu 05 ans ici, j'ai travaillé comme garçon de ferme puis mon ami m'a appris les rudiments du rodéo. Et comme j'étais doué, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
LOIS : J'ai vu les trophées chez toi. Pourquoi tu as arrêté ?
KIEFER sourit et la prit par la taille : C'est drôle ! D'habitude, on me demande plutôt pourquoi j'ai commencé !
LOIS : Ca te manque ?
KIEFER refléchissant : Je ne crois pas. Je suis un acteur Lois, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est ça qui me procure du plaisir.
LOIS le serrant dans ses bras : Tu as de la chance ! Je suis un peu perdue, je ne sais pas du tout ce que je vais faire après la naissance du bébé !
KIEFER : Il te reste 04 mois pour y penser ma puce ! Dans 04 mois, 24 sera terminé alors on pourra aviser. Peut être qu'il sera temps pour moi alors de tuer Jack BAUER.
LOIS : Tu ferais ça !
KIEFER en riant : Oh que oui, ce pauvre type a assez souffert et moi j'aurai besoin de temps pour m'occuper de ma femme, de mon fils et de ma fille ! J'aimerai bcp adopter Li Ann, je voudrai qu'on soit une vraie famille !
LOIS : C'est encore un peu tôt pour elle. Farheen était son père, laisse lui un peu de temps et je suis persuadée qu'elle t'aimera comme un père sous peu.
Allez viens on rentre, je suis fatiguée et Marc doit se sentir un peu seul.

L'intérieur du ranch était très moderne et tranchait nettement avec l'extérieur. Tout le monde s'installa et Loi passa un peu de temps avec Li Ann, à dessiner et à peindre.
Pendant ce temps, Kiefer sortit discuter avec les gars dehors ; leur journée était finie et ils rentraient aux baraquements. Son ami, propriétaire de l'endroit, s'était absenté pour 2/3 jours , mais il connaissait bien le responsable, c'est lui qui l'avait aidé à se perfectionner au rodéo.
KIEFER : Salut Sam !
SAM : Ca alors ! Les hommes m'avait bien dit que tu étais là mais je n'arrivais à le croire !! 05 ans que tu es parti et pas une visite..
KIEFER un peu penaud : Oui je sais, quand je suis parti d'ici, je pensais revenir sous 06 mois et puis les choses se sont passées autrement.
SAM : Ah oui, j'ai vu ça figure toi ! C'est bien, je supoose que tu es heureux aujourd hui. Cow Boy, ça tjs été un passe temps pour toi.
KIEFER : Non c'est faux. Vous avez été ma famille pdt 05 ans, j'ai aimé chaque jour passés ici sinon je ne serais pas resté à subir tes coups de gueule quotidiens !
SAM en lui tapant dans le dos : Tu étais doué fils ! Qu'est ce qui t'amène ici maintenant ?
KIEFER : Ma femme. tout va de travers pour elle ces temps ci, j'ai penser lui changer les idées en l'amenant ici et je crois que c'est gagné, ça va lui faire du bien de relaxer pendant quelques jours.
SAM: T'en mieux, tu devrais t'installer dans le coin pour de bon, on est loin du Star System ici, tu aurais un vie tranquille en revenant de travailler.
KIEFER: Je sais, ce n'est pas trop loin de mon travail une demi heure environ et c'est vrai qu'on se sens à dix mille de Holywood, je crois que Lois apprécie ce coin, on avait eu le coup de foudre pour une maison sur le bord de l'eau mais là je crois qu'ici c'est encore mieux.
SAM: Il a justement une maison à vendre qui est en diagonale à celle ci, vient je vais ta montrer, je suis sûre que tu vas tomber en amour avec et ta femme aussi.
KIEFER souriant: La, tu vas me faire changer d'idées, aller on y va, je me sens détendu.

Aussitôt rentrer dans la maison Kiefer sens que c'est la maison qui lui faut à lui et à Lois, il regarde chaque pièces comme un enfant qui regarde ses jouets, il imagine tout, la chambre du bébé, leur chambre, celle à Li-Ann... et le sous sol est assez grand pour faire un studio de musique à lui et Lois, il a besoin de ça pour vivre. Pas longtemps après, il rentre voir Lois.
KIEFER tout énervé: Viens, Lois, il faut que je te montre quelque chose, tu vas être aussi éblouis que moi.
LOIS: Une minute Kiefer, laisse moi le temps de me réveiller.

Il la fît monter en voiture et l'emmena sans dire un mot au ranch voisin.
KIEFER : Qu'est en que tu en penses ?
LOIS dubitative : Euh, c'est beau ?
KIEFER : Viens j'ai les clés, je te fais visiter.
Lois le suiviT, un peu perturbéE par son engouement si soudain et inattendu.
KIEFER : Si ça te conviens, on peut l'acheter et s'y installer maintenant.
LOIS surprise : Oh attend une minute, tu n'as pas acheté la maison sur la plage ?!
KIEFER : Si mais celle-ci est bien mieux ! C'est un tout petit plus loin que l'autre des studios et de la ville mais ..
LOIS souriant : Est ce que je ressemble à Calamity Jane ?
KIEFER etonné : Non pourquoi ?
LOIS : Parce qu'il n'est pas question que je vienne m'enterrer ici au milieu des vaches et des chevaux ! Je ne conduis pas, la ville est au moins à 1heure de route et .. Mon Dieu mais que veux tu que je fasse ici toute la journée ?!
KIEFER extrêment déçu : Et bien, je ne sais pas, ça avait l'air de tellement te plaire ..
LOIS : Ca me plaît Kiefer, ça me plaît même beaucoup mais pour des vacances. D'ailleurs on y reviendra autant fois que tu veux mais j'ai besoin d'une vie sociale, d'une ville, d'un éventuel métier.. Tu comprends ?
KIEFER : Ok, Ok, excuse-moi ... on oublie tout ... dis-moi après la naissance du bébé, çà te dirais de composer des décors de cinéma ? ... je sais c'est une peu saugrenu comme proposition, mais c'est une forme d'art aussi ? ... et puis on ne serait pas très loin l'un de l'autre ...
LOIS : J'en serai certainement capable, concrètement je veux dire, mais en ce qui concerne les délais et les codes à respecter !! Sans compter que tu vas être obligé de me pistonner et je ne suis pas sure d'aimer ça !
KIEFER : Penses y, c'est juste une idée.
LOIS s'approchant de lui et lui passant les mains autour de la taille : C'est adorable de t'en préoccuper. Comme tu peux le constater, je n'ai jamais trop frequentée la campagne mais il y a un truc que j'ai tjs rêvé de faire.
KIEFER commençant à comprendre : Comme quoi ?
LOIS lui caressant les reins : Comme trouver une botte de foin !
KIEFER secouant la tête d'un air désabusé et se forçant à garder son sérieux : Tu rigoles ! Je suis un mec sérieux moi !!
LOIS s'approchant pour l'embrasser : C'est ça !

Les deux se mit à rire et Kiefer prend Lois dans ses bras pour l'amener dans une botte de foin.
KIEFER: Celà, fais ton affaire? J'ai deux personne en transporter moi.
LOIS: Elle est parfaite, juste assez grosse pour être confortable.
KIEFER: Personne nous nous dérangera, c'est tranquille ici.
Il fit l'amour pendant longtemps sans s'en faire avec le fait que quelqu'un pourrait arriver d'un moment à l'autre, ils étaient dans leur monde à eux et ils s'avourait le bonheur. C'est plutôt une vache qui vient les déranger, elle se met entre les deux et les regarde d'un air perdu.
KIEFER en riant: Elle est taner de nous attendre, je crois qu'on devrait être plus silencieux.
LOIS: Je crois plutôt qu'on va arrêter ça là, elle fait peur cette vache, elle est si grosse.
KIEFER explosant de rire : Ca y est, j'ai enfin trouvé ce qui fait peur à ma femme !
LOIS lui décochant un coup de poing dans l'épaule : Arrêtes ! Regarde, elle est énorme je te dis..
Kiefer claqua le postérieur de la bête qui repartit de là où elle venait tranquilement.
Ils terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis rentrèrent dans leur ranch.

Quand Marc les vit arriver, il sourit. Lois avait de la paille coincé dans toutes les boucles de ses cheveux et son tee shirt était affeusement froissé mais surtout, elle avait les yeux pétillants de bonheur !

Toute la semaine se déroula ainsi ; Elle dormit beaucoup, passa du temps avec Li Ann, se promena avec Kiefer, eut de longues conversations avec son frère. Elle fît même quelques recherches sur le métier de concepteur de décor de cinéma, l'idée faisait son chemin.
Kiefer, quant à lui, était aux anges. Il passa bcp de temps sur un cheval, se remit au lasso, descendit qqs verres avec Sam et les gars. Il se sentait heureux et serein.

Toute bonne chose ayant une fin, ils dûrent regagner L.A.

Durant le vol qui les ramène à Los Angeles, Lois avait l'air peiné.
KIEFER: Ça ne va pas?
LOIS: Oui, c'est juste qu'on était bien et qui nous était arrivé juste du bon pendant ce 7 jours, j'ai un peu peur de rentrer à L"A"
KIEFER: Ce n'est pas fini, il va encore nous arriver des moments de bonheurs, ne t'inquiète pas, il ne peut pas nous arriver pire de ce qu'on a vécu.
LOIS: Je sais, mais j'ai tellement peur de perdre notre fils, qui lui arrive malheur, mais bon.
KIEFER: HÉ! Elle est où la femme forte que j'ai connu ? Allez, ne pense pas à ça. Il faut que je retourne travailler demain mais je vais toujours être là pour toi.
Li Ann s'endormis dans le bras de Kiefer, elle cherchait beaucoup de réconfort auprès de lui, elle ne comprennaît pas trop pourquoi elle ne voyait plus son père, Lois lui avait dit qu'il était parti faire un long voyage et qui ne pourra revenir. Kiefer adore ce genre de moment. Ils arrivent à l'aréoport et c'est un retour à la réalité, pour une fois les journalistes n'étaient pas dans leur jambes, il a juste quelques fans qui demandaient des autographes à Kiefer, il trouvait ça amusant, il aimait ça faire plaisir aux gens. Rendu à l'appartement, il avait pleins de messages sur la boîte vocal donc un pour la maison sur la plage.
Ils devaient aller chercher les clés chez son avocat le lendemain, Lois allait pouvoir commencer à s'occuper du démménagement avec Marc.

Leur escapade avait été géniale mais il fût très heureux de se lever à l'aube pour se rendre sur le plateau. Il avait ça dans le sang et il devait regarder le choses en face, plus jamais il ne pourrait se passer de cette "drogue". Sur le set, il donnait tout et ça lui procurait de grandes joies. Sans compter qu'après 05 années de travail acharné, toute la profession commençait à l'auréoler de gloire et ça, c'était vraiment bon !! Son prochain challenge serait de percer enfin au cinéma, après tout un oscar serait parfaitement à sa place à côté de toutes les récompenses reçues ces 05 dernières années !!
Sa soudaine ambition le fit sourire ! Aujourd hui il était prêt profesionnellement mais surtout, il avait son fils et Lois à éblouir !
D'ailleurs, il intercepta le chef concepteur des décors sur 24 pour lui demander conseil pour Lois.
Le chef concepteur : ... Ce qu'il lui faut c'est surtout une oeuvre réaliste, un thème où elle pourra pleinement exprimer son art et ses capacités parce qu'une série d'action ou de moeurs c'est limité et elle va vite s'ennuyer
Le chef concepteur avec humour :... ou alors son truc c'est de faire exploser les cellules anti-terroriste et je risque d'avoir besoin de quelqu'un !
KIEFER : Ok merci Mike, je lui demanderai son avis
Après avoir quitté le plateau, Kiefer passa prendre les clefs de la maison chez son avocat et fila chez lui pour retrouver toute sa petite famille ...

Marc était sortit, Li Ann couchée et Lois semblait fatiguée.
KIEFER : Ca ne va pas ma puce ?
LOIS : Si, j'ai eu une journée un peu éprouvante ; Farheen a eté finalement enterré aujourd hui et j'ai eu Emad au téléphone. Sa grande tristesse a sans doute un peu déteint sur moi.
En faisant un geste de la main : Enfin, c'était une belle cérémonie ! Ils vont rester tous les 03 encore 1 ou 2 semaines à Paris, le temps de s'occuper de vider les 02 appartements.
KIEFER : Tu as parlé à Sarah ?
LOIS : Non mais je suis heureuse qu'elle soit auprès d'Emad, elle lui est d'une grande aide en ces moments pénibles. Les choses semblent sérieuses entre eux.
KIEFER dubitatif : Comment ça ? sérieuses ?
LOIS étonnée : Bah ils sont amoureux ! Tu ne l'avais pas remarqué ?!
Puis en riant : Mon fils aime ta fille qui aime mon fils en retour !!
KIEFER figé : Pourquoi personne ne m'a rien dit ?
LOIS toujours amusée : Ils ne m'ont rien dit à moi non plus mais ça se voit !!
KIEFER avec des yeux surpris: Pourquoi je suis toujours le dernier à s'avoir tout, je m'en doutais pas.
LOIS: Voyons chéri ça se voit dans leur yeux, ils sont fait pour aller ensemble, l'attention qui se porte un envers l'autre dit tout, (Lois avec un large sourire) HÉ, tu ne serais pas jaloux de mon gars j'espère.
KIEFER: Non, mais je suis surpris, je m'y attendais, elle est rendu adulte maintenant, il faut que je la laisse respirer un peu.
LOIS: HA!, les papas avec leur fille, ils voudraient toujours les garder pour eux.
Kiefer donne un bec sur le frond de Lois avant d'aller prendre sa douche, il va embrasser aussi Li-Ann sur la joue.
LOIS: Demain, j'aimerais t'acompagner sur le plateau, j'aimerais voir aller les gens qui s'occuppe du décord, j'aimerais ça commencer tranquillement à prendre des petits trucs et je pourrais regarder mon Jack au travail. (Elle rit au éclat.)
KIEFER: Avec plaisir ma douce, mais fait attention pour ne pas déconcentrer ton Jack, il a une job à faire.
LOIS en riant: Je vais être silencieuse.
Ils embarquent les deux dans la douche, Lois se disait que sa la relaxerait avant d'aller souper et de se coucher. La douche fini Lois alla préparer un repas, elle mit des chandelles sur la table et sortit deux coupes de vin et mit de la musique relax, et ils dinèrent tous les 02 en amoureux. Elle l'informa qu'elle avait pris les dispositions nécessaires après d'une compagnie de démménagement, à lui de voir quand il pourrait se dégager un peu de temps pour superviser un peu tout ça.
Marc et elle avaient commencé à faire les plans pour les travaux de leur future maison, elle lui expliquât comment elle voulait la meubler et pourquoi, elle parlait, elle parlait, elle parlait..
Il était si heureux de la voir détendue et épanouie qu'il l'écoutait à peine !! Il avait juste envie de la regarder vivre et pensa à cet instant qu'il était capable de la rendre heureuse et ce sentiment était assez nouveau pour lui, lui qui avait tjs eut bcp de mal à s'occuper de lui-même.

Le lendemain, ils confièrent Li Ann aux soins de Marc et se rendirent sur le plateau.
Kiefer laissa Lois à Mike et partit sur le set. Quand il eut une pause, il vint la voir et la trouvât en train de faire une maquette. Sa dextérité manuelle impressionnait Kiefer ; elle était capable de créer avec 03 fois rien ! Elle ne l'entendit pas arriver tant elle était concentrée sur son travail.
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Femme de Kiefer
Femme de Kiefer
avatar

Nombre de messages : 6465
Age : 44
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Jeu 14 Sep - 19:10

Il La regarde à l'oeuvre quelques minutes, il n'en revient pas comment elle est bonne et créative, il pourrait la regarder comme ça pendant des heures, elle est vraiment doué pour ce genre de chose, c'est vraiment son métier. Après quelques minutes, il l'embrasse dans le coup, elle fit suprise, elle ne s'attendait pas à ça, elle se retourne et lui donne un long baiser, elle était heureuse.
LOIS: Tu as une une bonne idée de m'amener sur le plateau, Mike à peut-être quelque chose pour moi, vous allez tourner un scène extérieur la semaine prochaine et il faut que je fasse un faux décord, alors, j'ai accepté, j'adore ça et l'ambiance est super ici.
KIEFER tout sourire: Je te lavais dit que tout marcherait, on est comme une famille autant pour les acteurs que ceux en arrière de la caméra, si l'ambiance n'était pas bonne, je serais partie en claquant la porte. Ne te fatique pas trop, il faut que je retourne sur le plateau, il m'attendent, on se revoit pour le dîner, je t'aime.
LOIS: À tout à l'heure, moi aussi je t'aime
Ils s'embrassent passionément même si il avait du monde à l'entour d'eux, ils se sentent seul au monde.
Kiefer se donne à fond pour le scènes, tout marche à merveille, sa fesait longtemps qui ne savait pas sentis comme ça, et les gars du plateau le remarque aussi, ils n'ont pas peur de lui demander conseil, l'heure du dîner est arriver, il passa prendre Lois pour aller manger à la cafétéria en bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   Ven 15 Sep - 0:16

Il La regarde à l'oeuvre quelques minutes, il n'en revient pas comment elle est bonne et créative, il pourrait la regarder comme ça pendant des heures, elle est vraiment doué pour ce genre de chose, c'est vraiment son métier. Après quelques minutes, il l'embrasse dans le coup, elle fit suprise, elle ne s'attendait pas à ça, elle se retourne et lui donne un long baiser, elle était heureuse.
LOIS: Tu as une une bonne idée de m'amener sur le plateau, Mike à peut-être quelque chose pour moi, vous allez tourner un scène extérieur la semaine prochaine et il faut que je fasse un faux décord, alors, j'ai accepté, j'adore ça et l'ambiance est super ici.
KIEFER tout sourire: Je te lavais dit que tout marcherait, on est comme une famille autant pour les acteurs que ceux en arrière de la caméra, si l'ambiance n'était pas bonne, je serais partie en claquant la porte. Ne te fatique pas trop, il faut que je retourne sur le plateau, il m'attendent, on se revoit pour le dîner, je t'aime.
LOIS: À tout à l'heure, moi aussi je t'aime
Ils s'embrassent passionément même si il avait du monde à l'entour d'eux, ils se sentent seul au monde.
Kiefer se donne à fond pour le scènes, tout marche à merveille, sa fesait longtemps qui ne savait pas sentis comme ça, et les gars du plateau le remarque aussi, ils n'ont pas peur de lui demander conseil, l'heure du dîner est arriver, il passa prendre Lois pour aller manger à la cafétéria en bas.

Elle s'était endormie sur le canapé, Mike étudiait sa maquette.
MIKE chuchotant : Hé voici le veinard ! Tu m'avais caché qu'elle était vachement douée, en plus d'être hyper sympa, mignonne, drôle et..
KIEFER souriant : et super enceinte, tu as remarqué !
MIKE : Oui et le mec qui lui a fait ça a du bol d'être un de mes amis sinon je tenterai bien ma chance
En lui donnant un coup de coude : allez je plaisante !! Par contre c'est vrai qu'elle est douée. Dommage qu'elle se retrouve hors course dans si peu de temps ! Enfin, je vais la faire un peu bosser et puis si ça l'interesse tjs après l'arrivée du bébé, je la prend !
KIEFER : Merci
MIKE : Ne me remercie pas, c'est toi qui me fais un cadeau, elle sera précieuse à l'équipe. Tu pars ?
KIEFER : Oui j'ai fini pour aujourd hui, on devait allez manger mais je crois qu'on va rentrer directement. Prend soin d'elle STP, elle ne se ménage pas assez quand elle travaille.
MIKE : Ah bah ça me rappelle qqun !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives   

Revenir en haut Aller en bas
 
JEU - FAN-FICTION : KIEFER ET NOUS archives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 41Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 41  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Fiction] Hunger Games du collège.
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Faites nous rire !!!
» Chansons qui nous parlent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KieferFanForum :: AUTOUR DU MONDE :: ARCHIVES DU FORUM-
Sauter vers: